Les dangers des cosmétiques conventionnels

La majorité des produits cosmétiques conventionnels sont issus d’ingrédients synthétiques ou d’origine animale et contiennent souvent peu de matières premières naturelles. Ils possèdent pour la plupart des agents nocifs pour la peau et l’environnement.  

Pourtant, plus de 80 % des cosmétiques du marché se trouvent dans cette catégorie.

Se doter de produits inoffensifs représente un véritable défi ! Le consomm’acteur doit décrypter la liste des ingrédients sur l’étiquetage ou vérifier la présence d’un label bio reconnu. Cependant, si leur démarche est bonne, chaque label possède ses propres normes et il est souvent difficile de s’y retrouver.

Décoder les différents labels existants sur le marche français et international.

Un produit cosmétique est composé d’excipients ou bases, de principes actifs, de conservateurs et antioxydants, de parfum et colorants. Pour vous aider à les déchiffrer, une liste d’ingrédients à éviter a été dressée ci-dessous. Tous les cosmétiques présents sur INOFFENSIF sont exempts de ces composants. 

 

Excipients ou bases 

Les huiles minérales 

PARAFFINUM LIQUIDUM
PETROLANUM, PARAFFIN 
MINERAL OIL, PETROLATUM JELLY  
CERA MICROCRISTALLINA, CERASIN, OZOKERITE
POLYISOBUTILENE 
SYNTHETIC WAX 
HYDROGENATED POLYSOBUTENE - ISODODECANE, ISOHEXADECANE 
SILICONE QUATERNIUM, MEHYLSILANOL
CERASIN 

  

Les huiles minérales sont des dérivés du pétrole. On retrouve ces excipients à moindre coût dans de nombreux cosmétiques : crème visage et corps, maquillage, fond de teint, produit solaire…

Totalement synthétiques, elles créent un film occlusif sur la peau qui va limiter sa déshydratation. Revers de la médaille, ce sont des huiles comédogènes. Responsables d’irritations cutanées et d’allergies, ces dérivés du pétrole peuvent contenir des hydrocarbures polyaromatiques potentiellement cancérigènes. Non biodégradables, elles sont très polluantes. 

  

Les émulsifiants (PEG ou PPG) 

POLYÉTHYLÈNE GLYCOL (PEG)
POLYPROPYLÈNE GLYCOL (PPG)
PEG-6,
PEG-100
 
Esters de PEG :
LAURETH 
CETETH 
CETEARETH 
STEARETH 
OLETH 
LAURATE 
DILAURATE  
STÉARATE 
DISTÉARATE 

 

 Les PEG, PPG et esters de PEG sont principalement employés comme agent humectant ou émulsifiant. Ils apportent onctuosité et consistance aux crèmes. On les trouve dans les savons liquides, crèmes hydratantes, shampoings, gels hydroalcooliques...

Les PEG rendent la peau perméable permettant une plus grande absorption du produit, y compris les impuretés présentes dans les composés PEG (oxyde d’éthylène, 1,4-dioxane, composés aromatiques polycycliques et métaux lourds : plomb, fer, nickel, cadmium, arsenic). Pour cette raison, ils sont soupçonnés d’être cancérigènes.

 

Les tensioactifs, épaississants et agents de consistance 

Les tensioactifs sont principalement basés sur les alcools gras. Cette catégorie de produits se composent de différents types tels que les sulfates, les silicones, les alkylphénols et éthoxylates d’alkylphénol. 

  • Les sulfates :  
AMMONIUM LAURYL SULFATE (ALS)
SODIUM LAURETH SULFATE (SLS)
SODIUM LAURYL SULFATE (SDS)

 

Ces agents synthétiques sont des dérivés de pétrole. Agents moussants et nettoyants, on les retrouve dans les shampoings, crèmes de rasage, nettoyants pour le visage et le corps, dentifrices...

Très irritants pour la peau, agressifs pour les muqueuses, ils détruisent les lipides cutanés qui servent à maintenir la peau hydratée. Les effets des détergents sulfatés ne se limitent pas à la surface de la peau : ils sont capables de pénétrer dans les tissus et de se fixer en résidus dans certaines zones du corps.

Le SDS (Laurylsufate de sodium) est un peu plus doux que le SLS (Laureth sulfate de sodium) qui lui est susceptible de contenir un cancérigène probable, le 1,4-dioxane.

L’ALS (Ammonium Lauryl sulfate) est extrait de l’acide laurique (issus de l’huile de coco ou de palme). D’un point de vue de sa composition chimique, il correspond aux caractéristiques des cosmétiques naturels et bio mais son potentiel irritant fait qu’il n’est pas bénéfique pour la peau.

Toxiques pour les organismes aquatiques, ils sont néfastes pour l’environnement. 

 

  • Les silicones 
Facilement reconnaissables, leurs noms finissent en -ONE et en -ANE.
AMODIMETHICONE 
OLYSILOXANE 
CYCLOTETRASILOXANE 
CYCLOMETHICONE 
DIMETHICONE…

 

Très répandus, ces dérivés de pétrole se trouvent dans presque tous les cosmétiques. Ils se posent à la surface de la peau et des cheveux et leur donnent un aspect lisse. Cependant, ils pourraient avoir un effet semi occlusif sur la peau, l’empêchant de respirer. Les "vrais" soins ne peuvent alors plus pénétrer.

Ces molécules inertes chimiquement mettent très longtemps à se désintégrer dans la nature et perturbent les écosystèmes 

 

  • Les alkylphénols et éthoxylates d’alkylphénol 

NONYLPHENOL
NONOXYNOL
OCTYLPHENOL
O-PHENYLPHENOL
PROPYLPHENOL
AMYLPHENOL
HEPTYLPHENOL
DODECYLPHENOL
METHYLPHENOL (OU CRESOL)
ETHYLPENOL (OU XYLENOL)
4-TERT-OCTYLPHENOL

  
Ces agents sont incorporés comme agents émulsifiants dans les cosmétiques. Le plus controversé est le nonylphénol à l’activité hormonale (œstrogène) avérée : il peut dégrader la qualité du sperme et provoquer des atteintes à l’ADN.  

 

  • Lécithine de soja 

SOY LECITHIN

 

La lécithine de soja est suspectée de contenir des pesticides et des solvants. De nombreuses sources de graines de soja utilisées pour fabriquer de la lécithine sont génétiquement modifiées, tout comme l’utilisation de graines de soja non fermentées, qui a été liée à des problèmes de santé concernant la reproduction et les risques d’allergies.  

Principes ou agents actifs 

 Les agents hydratants 

  • La glycérine 

GLYCERIN 
GLYCEROL

 

La glycérine est un alcool et se présente sous la forme d'un produit incolore, inodore et d'aspect visqueux. Hydratante, émolliente et adoucissante, elle est présente dans de nombreux produits cosmétiques, notamment : les crèmes hydratantes, les shampoings et après-shampoings, les soins pour le corps & et les mains, les dentifrices et les bains de bouche, les savons, notamment le savon de Marseille, les baumes pour les lèvres.

Il est impossible de savoir uniquement à l'aide de la liste des ingrédients d'un produit si la glycérine qu'il contient est d'origine synthétique, animale ou végétale. La glycérine de synthèse est issue de dérivés du pétrole. Son impact écologique n'est donc pas négligeable. La glycérine est en principe bien tolérée par la peau.

  

  • Les filtres solaires (Ethylhexyl Methoxycinnamate) 

2-ETHYLHEXYL-P-METHOXYCINNAMATE
OCTYL METHOXYCINNAMATE 
3-(4-METHOXYPHENYL)-2-PROPENOIC ACID 2-ETHYLHEXYL ESTER
OCTYL 4-METHOXYCINNAMATE
(5-METHYLHEPTYL) 3-(4-METHOXYPHENYL)-2-PROPENOATE
OCTINOXATE, ESCALOL 557
PARSOL MCX
ETHYLHEXYLCINNAMATE
PARSOL MOX
NEO HELIOPAN AV
 

Ce filtre anti-UV n’est pas réservé aux produits solaires. On le trouve dans certaines crèmes de jour ou fonds de teint, même sans indication d’une protection contre les ultraviolets.

Les recherches sur cet ingrédient ont démontré in vivo une perturbation des œstrogènes et de la fonction thyroïdienne. Pourtant, il est assez souvent utilisé, y compris dans des produits « sensibles » comme les sticks pour les lèvres ou dans des gammes dont le marketing insiste sur l’absence de parabène et autres composés connus du grand public pour leur toxicité.

 

Les antitranspirants 

  • Les sels d’aluminium 
ALUMIMIUM CHLOROHYDRATE 
ALUMINIUM SESQUICHLOROHYDRATE 
ALUMINIUM ZIRCONIUM PENTACHLOROHYDRATE 

 

On retrouve de l’aluminium dans les antitranspirants. Les déodorants n’en contiennent pas.

Il n’existe à priori pas de preuves plausibles montrant que l’utilisation de cosmétiques contenant de l’aluminium peut augmenter le risque de cancer du sein, de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson ou autres maladies dégénératives. Cependant, les experts soulignent les lacunes de connaissance en matière d’absorption de l’aluminium par la peau. Leurs potentiels de pénétration cutanée et cancérigène sont à l’étude.

  

Conservateurs & antioxydants  

Dans la plupart de nos cosmétiques, l’eau représente le principal ingrédient. Pour éviter la prolifération bactérienne dans ce milieu propice à la vie et leur oxydation au contact de l’air, les industriels ajoutent des agents conservateurs. Ceux-ci vont alors assurer la stabilité du produit dans le temps.

L’innocuité de l’utilisateur est-elle garantie ? Pas certain : agressifs, ils détruisent toutes les bactéries, même celles qui nous protègent. Certains traversent même la barrière cutanée et se retrouvent dans notre organisme. Enfin, leur dégradation entraîne une pollution nuisible à l’environnement naturel.

Il existe 2 grands types de conservateurs : les antibactériens/antifongiques, et les antioxydants.

 

Les conservateurs antimicrobiens et antifongiques 

  • Les parabènes  
BUTYLPARABEN
PROPYLPARABEN
ETHYLPARABEN
METHYLPARABEN

 

Ces agents de conservation sont utilisés dans une majorité de produits (laits, crèmes visage & corps, déodorants, gels douche, shampoings, dentifrices, maquillage...). Leur pénétration dans la peau est importante. Ils sont potentiellement allergènes.

Les parabènes à courte chaîne, Ethylparaben et Methylparaben (et les composés qui contiennent ce nom, comme sodium ethylparaben) auraient été blanchis par les experts français et européens. En revanche, le propylparabène et le butilparabène (ainsi que les ingrédients dont le nom composé accole « sodium » ou « potassium ») sont dangereux. Considérés comme perturbateurs endocriniens, ils peuvent provoquer des allergies cutanées, des cas de stérilité, voire des cancers.

Plusieurs marques les ont toutefois remplacés par d'autres agents conservateurs dont la nocivité est de plus en plus remarquée : les Thiazolinones. Il s’agit du Méthylisothiazolinone (MIT) et du Méthylchloroisothiazolinone (MCI). Une étude a révélé la neurotoxicité de ce dernier. Méfiance donc face à la mention “sans parabène”.

 

Les perturbateurs endocriniens 

Un perturbateur endocrinien est un agent chimique capable de perturber le fonctionnement d’un organisme en agissant à la place des hormones. Les hormones régulent de nombreux comportements et mécanismes de notre corps (croissance, puberté, température corporelle, métabolisme de graisse, faim, satiété, sommeil, libido, niveau d’insuline, rythme cardiaque…).

Elles sont secrétées par des glandes endocrines et diffusées dans le sang jusqu’aux organes cibles.  C’est précisément sur ce rôle de messager que les perturbateurs endocriniens viennent interagir.

 

  • Le triclosan 

TRICLOSAN 

Cet agent antibactérien et conservateur se retrouve dans les nettoyants, produits désinfectants pour les mains, bains de bouche, dentifrices, déodorants, mousses à raser, poudres de maquillage, fonds de teint...

Le triclosan a la capacité de traverser la barrière cutanée en proportion importante. Irritant et allergisant pour la peau et les yeux, il est un perturbateur endocrinien connu qui influe sur le fonctionnement de la thyroïde. Selon l'Environmental Working Group, il favoriserait le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. Il est par ailleurs nocif pour l'environnement.

 

  • Les aldéhydes et les libérateurs de formaldéhyde 
FORMALDEHYDE 
BENZYLHEMIFORMAL 
DIAZOLIDINYL UREA
2-BROMO-2-NITROPROPRANE-1,3-DIOL
DMDM HYDANTOÏN  
MDM HYDANTOÏN  
QUATERNIUM-15
SODIUM HYDROXYMETHYLGLYCINATE 
POLYQUATERNIUMS
CETRIMONIUM BROMIDE 

 

Le formaldéhyde est aujourd’hui clairement identifié comme étant cancérogène par voie respiratoire. Pour cette raison, on ne le retrouve plus dans les aérosols. Allergisant et irritant, il reste autorisé dans les durcisseurs d’ongles à hauteur de 5 % maximum et dans les cosmétiques si sa concentration ne dépasse pas les 0,2 %. Au-dessus de 0,5 % sa présence doit obligatoirement être mentionné sur l’emballage.

Face à ces contraintes, les industriels ont désormais recours à d’autres composés qui peuvent être libérateurs de formaldéhyde dans certaines conditions (pH, température). Ces agents sont classés irritants, allergènes et cancérigènes connus.

 

  • Les éthers de glycol 
PHENOXYÉTHANOL 
2- PHÉNOXYÉTHANOL 
PHENOXYTOL  
EGPHE
2-BUTOXYÉTHANOL 
2-ETHOXYÉTHANOL

 

Le terme "éther de glycol" représente une famille de substances extrêmement diverses. Le plus connu, le phénoxyéthanol, est un solvant et conservateur à fort pouvoir allergisant et irritant en particulier au niveau oculaire. Il peut entraîner de l’eczéma et de l’urticaire. Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques cancérigènes et provoquerait des troubles neurologiques et des dysfonctionnements du système hormonal chez l’homme, atténuant la fertilité.

Présentant de graves dangers chez l’enfant, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de sante) interdit l’utilisation de phénoxyéthanol dans les lingettes destinées au siège des bébés, et le limite un peu plus que la normale dans les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans : 0,4 % au lieu de 1 %.

 

  • Le cetrimonium bromide 

CETRIMONIUM BROMIDE

Pouvant être utilisé dans tout type de cosmétique comme les soins pour peau et cheveux, le cetrimonium bromide est largement utilisé dans les produits nettoyants tels que les eaux micellaires.
Composé d’ammonium quaternaire, il possède un risque irritant et allergène sur la peau.
 

 

Les conservateurs autorisés dans les cosmétiques bio 

Dans les cosmétiques bio, sont tolérés les conservateurs obtenus par réaction chimique suivants : 

  • L’acide benzoïque, ses sels et son dérivé alcoolique (alcool benzylique) (0,5% maximum dans le produit fini)
 
BENZOÏC ACID 
BENZYL ALCOHOL (COSGARD)
 

L'acide benzoïque est un acide organique que l'on trouve naturellement dans certaines plantes. C'est en particulier l'un des principaux constituants du benjoin, une substance résineuse aromatique utilisée en pharmacie.

L'effet secondaire le plus couramment rapporté est d'ordre allergique : asthme, urticaire, symptômes cutanéo-muqueux et respiratoires sur des personnes sensibles ou intolérantes aux salicylates.

Mais ce serait aussi :

  • Un cancérigène potentiel : E210 et les sorbates E211, 212, 213 sont listés au nombre des additifs possiblement cancérigènes à l'Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse (ARTAC, France) ;
  • Un mutagène in vitro sur des cellules humaines, activité clastogène (susceptible de provoquer des ruptures dans une molécule d'ADN) ;
  • Un neurotoxique potentiel : contient des résidus de substances organochlorées neurotoxiques.

L’alcool benzylique fait partie de la liste des 26 allergènes, il est potentiellement irritant et allergisant.

  

  • L’acide déhydroacétique, DHA ou Geogard et ses sels (0,6% maximum dans le produit fini) 
DEHYDROACETIC ACID

Un extrait de la National Library of Medicine (NLM) américaine, et de la Fiche de Données de Sécurité (FDS) du fournisseur ScienceLab rapportent de la nocivité pour les reins, le foie, le système nerveux central et d'autres organes cibles par utilisations répétées ou prolongées. 
Une cancérogénicité pour l'homme, basée sur des résultats avec l'animal, n'est pas exclue.

 

  • L’acide sorbique et ses sels (0,6% maximum dans le produit fini) 
SORBIC ACID
 

Selon une série de sources consultées, il n'y aurait pas d'effet secondaire à faibles doses, mais :

  • Il pourrait être mutagène, dans des conditions encore non définies,
  • Il peut être très irritant par contact, des symptômes d'allergie sur une fraction de consommateurs sensibles sont possibles.

  

  • Le sorbate de potassium  
POTASSIUM SORBATE 
 

Dérivé de l’acide sorbique. Il peut présenter un caractère allergisant : dans certains cas isolés très rares, l'acide a été le déclencheur de réactions d'hypersensibilité comme de l'urticaire.

  

Les antioxydants 

  • Le BHT et BHA  
BUTYRATE HYDROXY ANISOLE (BHA)
BUTYRATE HYDROXYTOLUÈNE (BHT)
 

Ces agents antioxydants permettent d’éviter le rancissement des formules riches en matière grasse lorsqu’elles entrent en contact avec l’air (crèmes, lotions, baumes à lèvres, rouge à lèvres, ombres à paupières, etc.).

Après absorption, seuls 50 % de ces composés seraient éliminés par voie urinaire. Leurs effets suspectés chez l’humain sont multiples : réactions allergiques, augmentation du risque de cancer, retard de la croissance cellulaire... Ils seraient toxiques pour la peau, le foie, les reins, et le système nerveux. Enfin, on le soupçonne d’être un perturbateur endocrinien.

Par ailleurs, on les retrouve dans beaucoup de cours d’eau et par conséquent chez les espèces aquatiques du fait de leur utilisation domestique dans les cosmétiques.

 

  • Tocophérol acétate  
2H-1-BENZOPYRAN-6-OL,3,4-DIHYDRO-2,5,7,8-TETRAMETHYL-2-(4,8,12-TRIMETHYLTRIDECYL)-ACETATE, (2R*(4R*,8R*))-(+-)-
ACETATE DL-ALPHA-TOCOPHEROL

 

L’acétate de tocophérol fait partie des provitamines. Au contact de la peau, ce dérivé de la vitamine E déploie son action antioxydante (capteur de radicaux libres). Les dommages oxydatifs sont associés au vieillissement prématuré. Ainsi, utilisé dans les cosmétiques, il évite l'oxydation des huiles utilisées et a un effet protecteur sur la peau.

Il peut être fabriqué à partir de sources naturelles ou synthétiques. La vitamine E est naturellement présente en quantité minimale dans les huiles végétales. La fabrication d’acétate de tocophérol à base de substances synthétiques est sujette à controverse car elle implique l’utilisation d’hydroquinone, qui est considérée comme toxique et potentiellement irritante.

   

Parfums, colorants 

  •  Les parfums  
PARFUM
FRAGRANCE
AROMA
 

Le terme "parfum" ou "fragrance" sur une liste d'ingrédients cosmétiques représente généralement un mélange complexe de dizaines de produits chimiques. Quelque 3 000 produits chimiques sont utilisés comme parfums.

Beaucoup sont irritants et peuvent déclencher des allergies, des migraines et des symptômes d'asthme. Les personnes ayant des sensibilités chimiques multiples ou des maladies liées à l'environnement sont particulièrement vulnérables.

Des chercheurs britanniques ont signalé que le "parfum" est la deuxième cause d'allergie cutanée chez les patients dans les cliniques de dermatologie. En outre, des ingrédients de fragrance individuels ont été associés au cancer et à la neurotoxicité parmi d'autres effets néfastes sur la santé.

  

  • Les phtalates 
DIBUTYLE PHTALATE (DBP) 
DIETHYL PHTALATE (DEP)
DIMETHYLE PHTALATE (DMP)
 

Ces molécules chimiques plastifiantes sont présentes dans plusieurs cosmétiques servant d’agent fixateur. On les trouve dans les vernis à ongles, les parfums et les fragrances qui parfument les produits de beauté.

Toxique, perturbateur endocrinien, elles sont suspectées de provoquer des troubles du développement, des altérations des testicules et de la prostate ainsi qu'une réduction du nombre de spermatozoïdes.

 

  • Les muscs synthétiques 
GALAXOLIDE 
TONALIDE 
 

Les muscs synthétiques sont une classe de composés semi-volatils principalement utilisés comme fragrances dans divers produits de consommations (savons, parfums, détergents, etc.). Ils sont fortement suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.  

Les muscs synthétiques sont très faiblement voire non biodégradables selon les tests standards de biodégradation.

  

Les colorants 

FD&C
D&C
EXTERNAL D&C
 

Les pigments chimiques sont dérivés principalement de produits pétroliers et sont parfois connus sous le nom de "teintures de goudron de houille" ou de colorants "organiques synthétiques". Ils sont composés d’éléments comme le carbone, les chromates de plomb, les oxydes de zinc, les dioxydes de titane, le sulfure de cadmium, ou encore les oxydes de fer pour obtenir toutes les teintes souhaitées.

Ces colorants synthétiques sont faciles à produire, moins coûteux, se mélangent bien avec divers ingrédients et ont une capacité couvrante étonnante. Mais l’usage des pigments synthétiques soulèvent depuis quelques années de vives inquiétudes quant à leur dangerosité.

Les rouges à lèvres, par exemple, sont très riches en pigments synthétiques. La législation actuelle limite l'utilisation des pigments d'origine synthétique comme par exemple les colorants azoïques aromatiques, en raison des risques allergiques & cancérigènes.

 

Colorant azoïques 

CI=Colorant alimentaire + nom Codex Alimentarius
CI11680 (jaune)
CI11725 (orange)
CI12010 (marron)
CI12120 (rouge)

 

Ces colorants sont soupçonnés de déclencher des allergies, particulièrement chez les personnes excessivement sensibles à l’aspirine. Capables de traverser la barrière de la peau et d’endommager le foie, ils sont donc toxiques voire cancérigènes

Pour protéger notre santé, l’environnement et par conséquent notre qualité de vie, les produits disponibles sur INOFFENSIF sont exempts de tous ces composés suscitant la controverse.

Si le moindre doute est conservé quant à leur nocivité, ils sont écartés.

 


Ajouter un commentaire